Le 15 janvier 2004, Amandine Brunon, présidente de l'ANEMF, avait rendez-vous avec le professeur Lebourgeois, président du Conseil Scientifique du Comité National des Concours d'Internat (CNCI).

Voici le compte-rendu de cette entrevue.


Qu’est ce que le Conseil Scientifique du CNCI ?

Le Conseil Scientifique du Centre National des Concours de l’Internat est composé de 8 membres pour l’édition 2004 de l’ENC. Ce Conseil Scientifique est constitué de 5 médecins généralistes maîtres de conférence associés ou professeurs associés de médecine générale.
Leur mission est de collecter les dossiers recueillis auprès des enseignants ; ces dossiers sont jugés recevables ou non et subirssent encore quelques modifications.
Le Conseil Scientifique s’entoure de plusieurs experts, environ une cinquantaine. Ce groupe juge de la recevabilité des dossiers, les modifie et demande à son concepteur d’affiner la grille. Le CNCI est géré par trois structures : le ministère de l’Education Nationale, le ministère de la Santé et l’université Paris 5, ce qui rend les choses difficiles lorsque le CNCI exprime des besoins en terme financier.

« Je redouble ma DCEM4, et je me demande que passer… »

L’intérêt de passer l’ENC est que si on se retrouve en médecine générale, on pourra obtenir un Diplôme d’Etudes Spécialisées de médecine générale, ce qui donnera donc accès aux DES complémentaires. Ces DESC ont l’intérêt de permettre d’exercer certaines disciplines en tant que spécialistes. Un DESC de médecine d’urgence est d’ores et déjà ouvert au gens ayant un DES de médecine générale.

« Oui mais j’avais bossé l’internat ! »

Tenter l’ENC n’est pas insurmontable. Mais un petit conseil néanmoins : la réforme de la deuxième partie du deuxième cycle met l’accent sur les problématiques de Santé Publique, il est donc important que vous bossiez ces sujets et ces items, en particulier le module 1. Si vous vous sentez prêts sur ces thématiques un peu nouvelles dans le programme, alors vous pouvez y aller, la médecine reste la médecine, mais habituez-vous aux dossiers.

Qu’appelle-t-on la transversalité ?

Les dossiers de l’ENC seront plus longs avec plus d’amont et d’aval. C'est-à-dire qu’on ne considérera pas un patient qu’à un instant t, mais tout au long de sa vie, avec ses facteurs de risque, les complications éventuelles, etc.
La vraie transversalité c’est par exemple un patient de 65 ans, diabétique, avec une hypercholestérolémie, tabagique. Dans un premier temps, vous le traitez en médecine de ville. Puis, il fait une crise d’angor, aboutissant à une hospitalisation en urgence, puis en cardiologie. Traité, il sort de l’hôpital, voici venu le temps de l’éducation de ce patient.
Une fausse transversalité, une femme de 80 ans, hémiplégique, chute et se fracture le col du fémur…
Voici un exemple de pathologie permettant une grande transversalité sans sortir du milieu hospitalier : le myélome.
Tous les items de l’ENC ne peuvent pas être facilement déclinés en dossiers transversaux. N’hésitez pas à demander conseil à vos enseignants. La disposition légale qui disait que pour l’internat chaque item devait être décliné dans un dossier de la banque n’existe plus. En clair, ne vous attardez pas sur des items très précis, voyez les tous néanmoins. Le conseil scientifique du CNCI est conscient que l’ENC se destine aussi à 50% d’étudiants futurs médecins généralistes. Les dossiers bien que plus longs ne présenteront pas plus de 50 items.

Comment éviter les ex æquo ?

Il est important de savoir que les items et mots clés rapportent un nombre de points variables selon leur intérêt. Des arrêtés vont sortir pour départager les ex æquo :

    • on prendra la meilleure note à chacune des trois épreuves dans un premier temps, une par une,

    • ensuite on tire au sort les dossiers et on prend la meilleure note à chaque dossier,

    • en dernier lieu, au bénéfice de l’âge, favorisant le plus âgé.

Le conseil scientifique du CNCI demande depuis plusieurs mois un financement pour développer un logiciel qui calculerait l’écart type moyen entre les notes, et les écarts types entre les notes de chaque dossier afin de favoriser l’étudiant le plus régulier, avec un écart type de note le plus réduit. Qu’en pensez-vous ? Ce n’est pas envisageable pour 2004 mais pour 2005, cela reste possible.

Concrètement la correction peut-elle limiter les ex æquo ?

Le président du jury est souverain, mais la grille de correction type est transmise par le CNCI. Depuis peu les recommandations données par le CNCI sont de plus en plus précises précisant jusqu’au nombre de points par mot clé. Des points négatifs sont autorisés par la loi, cette décision relève du président du jury. Ils ne sont pas systématiques mais s’appliquent à tout le monde.

Comment la correction va-t-elle se dérouler ?

L’internat ancienne formule sera corrigé par 2 jurys de 50 personnes.
Pour l’ENC, 240 personnes déchiffreront vos copies. La correction prendra 3 semaines, un premier groupe corrigera les dossiers de la première épreuve la première semaine, un second, la seconde épreuve la deuxième semaine, etc. La correction devrait être achevée le 14 juillet. Le jury est composé de PU et de MCU à hauteur de 10%.

En pratique, les dossiers subissent une double correction, les correcteurs sont dotés d’ordinateurs sur lesquels ils notent l’ensemble des items, l’ordinateur additionne, et tout est centralisé. Lorsque les 2 corrections d’une même dossier pour un même candidat présentent un écart de note supérieur ou égal à 10%, le dossier est directement renvoyé à une troisième correction grâce à ce système informatisé.

Les conseils de rédaction

Les idées sont à hiérarchiser au maximum, de la plus intéressante à la moins utile pour essentiellement :

    • les possibilités diagnostiques,

    • les examens complémentaires,

    • les conduites à tenir.

La rédaction doit être claire et concise, vous pouvez utiliser les tirets pour des énumérations. Votre rédaction doit être un compromis entre catalogue d’idées et romans. Etre clair et concis est un idéal.

Tenter d’être le plus lisible possible et de faire une présentation claire, il n’y a pas de consigne de ce côté là, mais il est difficile au jury de perdre toute sa subjectivité et de ne pas favoriser la belle présentation et l’écriture lisible.

Peut-on souligner ?

Oui, ce n’est pas un signe de reconnaissance, éviter peut-être les couleurs. Mais au bout de 2000 copies, les signes de reconnaissance sont difficilement visibles.

Vous disposerez d’un cahier de 12 pages par dossiers afin de vous permettre d’apporter autant de précisions que vous le désirez. Ces cahiers seront de couleurs différentes à chaque dossier, on vous en distribuera 3 au début de chaque épreuve afin de rédiger les 3 dossiers. Avec le stress, ne vous trompez pas de couleur de dossier car ils ne pourront être corrigés. Les 3 dossiers d’une même épreuve vous seront distribués en même temps, ce sera donc à vous de gérer au mieux votre temps.

Chaque dossiers pourra présenter au maximum 3 documents iconographiques.

ENC et sécurité

Les dossiers transiteront par une société de convoyage, ils arriveront la veille dans les UFR organisatrices et seront conservés dans le camion pour être surveillés. A la fin du concours les dossiers seront renvoyés à Paris de la même façon et placés en lieu sécurisé. Les dossiers vierges et vos questions seront toujours surveillés.
En cas de problème, il existera 2 dossiers de réserve. S’il y a un problème dans un centre d’examen, les dossiers de réserve seront utilisés dans l’ensemble des centres d’examen. Dans chaque centre sera désigné un délégué du président du jury qui sera en relation téléphonique constante avec le président du jury.
Les doyens des UFR organisatrices doivent trouver une salle et les surveillants, la norme est à un surveillant pour 20 étudiants.

Merci au Pr. Lebourgeois d’avoir répondu à nos questions.