Du 1er au 3 Septembre 2014 a eu lieu à Milan le congrès de l’AMEE (Association for Medical Education in Europe) qui contrairement à ce que son nom indique est une association mondiale dédiée à l’innovation pédagogique dans les études médicales. Ce congrès a permis donc de balayer un large spectre de réflexions tournant autour de la pédagogie en médecine.

Professeurs en santé, chercheurs en pédagogie et étudiants se sont réunis pour partager leur point de vue et expériences se rapportant à ce que pourrait être l’enseignement de demain. Simulation, e-learning, enseignement centré sur l’étudiant, cours inversés ont été les sujets des différentes présentations qui ont eu lieu durant ces trois jours.

Malheureusement, ce type de regroupement reste encore peu démocratisé en France, ce qui explique la faible participation de celle-ci (seulement une dizaine de personnes, professeurs et étudiants confondus, pour la représenter). Ceci démontre la distance de la France par rapport aux projets d’innovation pédagogique et plus largement de la pédagogie qui reste pour beaucoup un concept.

Ce congrès a permis la mutualisation des connaissances et des pratiques permettant de développer chez les participants une culture et une ouverture d’esprit sur les pratiques pédagogiques innovantes des autres pays. Chacun participe au débat pour donner aux autres un savoir qu’ils pourront appliquer chez eux, et cherche aussi tout projet qu’il pourrait intégrer chez lui.

La pédagogie est pour les congressistes une matière à part entière, l’exemple clé est la présence de professeurs ou chercheurs en pédagogie, profession qu’on ne voit pas encore en France.

Les différentes méthodes d’enseignement ont été un sujet récurrent lors de ce congrès. Beaucoup sont plutôt novateurs comme l’utilisation de réseaux sociaux dans l’apprentissage qui permet un enseignement plus interactif car les échanges ne sont plus centrés sur le professeur mais sont répartis entre les étudiants qui se répondent les uns les autres sous la vérification de celui-ci. La simulation numérique a été beaucoup abordée avec, entre autres, la création de logiciels mettant l’étudiant en situation clinique avec un cas qu’il doit résoudre. Mais toutes les innovations ne sont pas forcément numériques, la façon d’aborder les cours magistraux a aussi eu droit à un dépoussiérage, une revue complète de la façon d’enseigner actuellement a été faite, alléger les dipaositives, organiser logiquement les informations, “jouer” son discours, écourter, etc. Le message est que contrairement a une idée répandue, l’enseignement n’est pas innée mais est une science qui s’apprend.

Ce congrès a aussi permis la présentation de résultats de la grande enquête de l’ANEMF qui a été lancée durant l’année 2012-2013, notamment sur le bien-être des externes et sur leur pratique médicamenteuse pour palier à leurs troubles. Chose qui a suscité l’intérêt de l’assemblée car les chiffres étaient plutôt choquants d’autant que l’étude touchait un grand nombre d’externes (9600). Nous avons pu ainsi appuyer la représentativité de l’ANEMF et la faire rayonner à l’international.

Ces trois jours ont été une expérience formidable et un riche tour d’horizon sur les innovations pédagogiques. Nous avons pu développer notre point de vue sur les différentes façons d’enseigner et d’approcher leures facettes.

Ce congrès nous a donné une véritable leçon d’ouverture d’esprit d’un côté sur les nouveaux supports pédagogiques et d’autre part sur comment innover dans les anciennes méthodes d’enseignement.

 

Pour aller plus loin : amee.org

Abstract de la Commucation orale de l'ANEMF - Clinical clerkships : a factor of stress for medical students