Le GAP Exchange alias Global Action Project avait été créé en 2008 par les associations nationales d’étudiants en médecine de France (ANEMF), Brésil (DENEM ) et Pérou (IFMSA – Peru). Il s’agit d’un stage particulier du programme SCORE ( Standing Comittee of Research Exchange ) qui permet aux étudiants d’effectuer un stage de recherche à l’étranger.
Le but premier est d’étudier une maladie dans un délai d’un mois voire plus sur tous ses principaux aspects. Pour ce, le stage est composé :

  • d’une partie théorique avec des cours
  • d’une partie pratique par un stage clinique
  • d’une partie de recherche via un travail en laboratoire

Outre l’aspect pédagogique permettant de comprendre les bases, impacts d’une maladie et les améliorations envisageables dans son traitement et la qualité de vie des patients qui en sont atteints, le GAP exchange s’inscrit dans les mêmes principes que n’importe quel stage IFMSA. Le logement est fourni, une prise en charge au niveau local est assurée et bien sûr un programme social avec plusieurs étudiants de pays différents peut être proposé.

Ainsi en 2009, 8 étudiants français avaient pu partir pour travailler sur la maladie de Chagas en Amérique du Sud (Pérou et Brésil). Des conférences avaient été organisées sur Paris à propos de la pharmacologie, sémiologie, thérapeutique et épidémiologie de cette maladie. En échange, Toulouse avait accueilli 8 étudiants étrangers pour un stage sur le suivi gériatrique de patients.

Ce projet ne s’est pas poursuivi les années suivantes. La principale raison évoquée reste la difficulté d’organiser des conférences de cette ampleur. Néanmoins à ce March Meeting 2014 de l’IFMSA, les pays membres de SCORE ont manifesté l’envie de reprendre l’idée et de permettre sa renaissance.
Une focalisation sur des sujets uniquement en rapport avec les Maladies Tropicales négligées (Negligected tropical diseases) a été nettement envisagée. Ces maladies, recensées par l’OMS restent malheureusement trop peu étudiées en comparaison à leur impact sur la santé. Peu de laboratoires travaillent dessus et encore moins en Europe. Il pourrait s’agir d’une opportunité unique pour nos étudiants d’apprendre sur ce thème que l’on retrouve dans les cours d’infectiologie, et ceci directement dans des populations concernées.

Le principe du GAP exchange fonctionne également pour des stages dans des pays non touchés par ce genre de maladies. Ainsi, la France pourrait proposer des stages sur la prise en charge et le traitement de maladies chroniques comme le diabète, l’hypertension artérielle ou la mucovicidose.

Si ce projet vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.