Qui, aujourd'hui à Rennes, ne connaît pas la désormais célèbre soirée Jeudi Non au Sida ? Cette soirée, organisée par le pôle Santé Publique de l'AAEMR ( Association Amicale des Etudiants en Médecine de Rennes), se déroule à l'Ubu, cette mythique salle de concert de la capitale bretonne. Cet évènement allie musique et prévention en matière de sexualité. La totalité des bénéfices est reversée à la lutte contre le Sida.

Le JNS fût, cette année encore, une grande réussite. Avec plus de 400 places vendues, c'est un record d'affluence pour cette 7ème édition ! C'est également grâce à une forte participation à la tombola qu'on pu être récoltés plus de 2300 € ! De nombreux lots originaux ont pu être gagnés comme des massages, des séances au spa, des livres sur le Kamasutra, des préservatifs "exotiques", etc.

Mais une soirée ne pourrait être réussie sans l'aide précieuse de petites mains, qui furent si nombreuses... Des bénévoles toujours plus motivés les uns que les autres pour préparer l'évènement et tenir des stands aussi ludiques qu'amusants : Condom speed, Roue de l'infortune, Questions pour un champignon, stands d'informations. On apprend à mettre un préservatif dans le noir ou avec sa bouche ! La liste est longue.

 


Prévention et éducation s'associent donc à une ambiance de folie qu'ont pu apporter des concerts so rock' !
4 groupes de semi-professionnels se sont produits au cours de la soirée. Tous ont répondu à l'invitation et ont accepté de jouer bénévolement pour l'occasion. On note qu'un des groupes est issu de ... la Corpo Médecine ! Ce sont eux d'ailleurs qui ouvrent le bal. A 20h30, les 5 musicien(ne)s de Djackline font résonner les premières notes, le public ne se fait pas attendre. Il est déchaîné ce soir. La bonne humeur se partage, à coup de reprises célèbres et de compositions, entre les groupes qui se succèdent et une salle comble. The Spentriffs, Red Daguets, The Steam Morrisler, rejoignent la scène tour à tour, et mettent le feu aux poudres jusqu'à 1h du matin.

 


Ça y est les concerts sont terminés, les poches sont remplies de préservatifs phosphorescents ou à la banane, la foule parle, rigole, se dissipe. Il est temps de rentrer chez soi (ou pas), avec de beaux souvenirs d'une soirée que l'on est pas prêt d'oublier...